Archive pour décembre 2011

Tout d’abord, éclaircissons le terme :

« To hedge » en finance, signifie « couvrir des positions de marché » en utilisant des instruments financiers en risque symétrique.

Pour faciliter ces techniques, les dérivés sur marchés organisés ou OTC ont été étendus à tous les compartiments d’investissements classiques :

  • Devises,
  • Taux : Obligataire et Monétaire,
  • Actions et Indices,
  • Matières premières et agricoles.

Les « hedge funds » ont alors dévoyé l’utilisation initiale, en imaginant des stratégies de combinaison de ces produits à effet de levier très fort, afin de tirer des profits immédiats sur les imperfections des marchés (arbitrage) et sur l’amplification des phénomènes spéculatifs.

Les premiers hedge funds sont apparus dans les années 1950, avec pour caractéristiques la performance et la discrétion ; depuis, leurs volumes se sont considérablement développés avec les facilités technologiques, la déréglementation et la mondialisation de la finance ; les critères sont les suivants :

  • émission sur des places off-shore peu ou pas réglementées,
  • titres non cotées, seulement négociables en gré à gré,
  • utilisation illimitée des ventes à découvert,
  • stratégies alternatives,
  • mise en place des effets de leviers ( dérivés…)
  • commissions de surperformance pour les gérants,

La définition de la SEC (Autorité des Marchés US) est révélatrice des risques associés :

« Private and unregistered investment pool that employed sophisticated hedging and arbitrage techniques to trade in the corporate equity markets. Hedge funds have traditionally been limited to sophisticated, wealthy investors ».

Les investisseurs sont de plusieurs types :

  • banques d’affaires,
  • grandes fortunes,
  • capitaux propres des gérants alternatifs,
  • et surtout, d’autres fonds dits « fonds de fonds » et nourriciers ; ces derniers ont entre autre été les victimes du système Madoff ( même s’il a été avéré que les hedge funds finaux de Madoff étaient en réalité fictifs). Lire la suite de cette entrée »

Ballade sur le Web des développeurs

=== Du côté des articles ===

Article de Grady Booch sur FaceBook à propos de son architecture et de son annonce récente d’embaucher massivement des développeurs

http://www.handbookofsoftwarear…

Série d’articles techniques de Xebia sur la mise en place de déploiement continu avec des outils standard (Tomcat, Jenkins, …)

http://blog.xebia.fr/2011/11/25…

http://blog.xebia.fr/2011/12/02…

http://blog.xebia.fr/2011/12/09…

Présentation de livres de références pour approfondir ses connaissances en environnement JVM

http://prehensiletail.com/blog/…

=== Du côté des conférences et présentations ===

« Understanding Java Garbage Collection » où Gil Tene de la société Azul présente de manière détaillé le foncitonnement du Garbage Collector et les problématiques liées. Très intéressante, à regarder. Lire la suite de cette entrée »

Quelques librairies de l’écosystème Java qui peuvent valoir le détour (fonction des besoins) :

Thymeleaf : un moteur de template pour XML, XHTML et HTML5 qui peut s’interfacer avec Spring MVC
http://www.thymeleaf.org/

NekoHTML Un parser de HTML (utilisé par Thymeleaf) :
http://nekohtml.sourceforge.net/

OGNL (Object Graph Navigation Language), expression language d’apache commons pour interagir avec des POJO java
http://commons.apache.org/ognl/

GluonJ pour faire de manière simple de l’AOP (basé sur javassist http://www.csg.is.titech.ac.jp/~chiba/javassist/)
http://www.csg.is.titech.ac.jp/projects/gluonj/

OWL : un Web Ontology language du W3C
http://www.w3.org/2007/OWL/wiki/OWL_Working_Group
les implémentations : http://www.w3.org/2007/OWL/wiki/Implementations
La java API : http://owlapi.sourceforge.net/

Auteur: Sébastien NORMAND

Catégories
Abonnez-vous !
      
Archives
  • 2014 (6)
  • 2013 (11)
  • 2012 (30)
  • 2011 (93)